Accueil > Historique > Les luxembourgeois de la "Brigade PIRON"

Les luxembourgeois de la "Brigade PIRON"

Suite aux accords signés entre d'une part le Gouvernement luxembourgeois en exil à Londres et d'autre part, le Gouvernement britannique ainsi que les gouvernements en exil de la Belgique et de la France libre, un groupe de soixante-dix volontaires luxembourgeois fut affecté en mars 1944 au "Groupe d'Artillerie" de la 1 re Brigade belge "Libération" (appelée aussi "Brigade Piron").

Dans le cadre de ce groupe, commandé par le major belge B. DE RIDDER, fut constituée alors avec ces hommes une unité luxembourgeoise : LA LUXEMBOURG BATTERY.

Celle-ci fut placée sous les ordres des officiers belges : Lieutenants P. RAQUET et J. DANKAERT. Plus tard, à partir du mois d'août 1944, ceux-ci seront assistés des aspirants luxembourgeois : L. JACOBY, J. JUTTEL et R. WINTER, formés entre-temps aux écoles militaires anglaises.

Le Battery SgtMajor M. KRIER et les quatre chefs de pièce W. DOERFEL, J.P. PUTZ, E. WAGNER et A. GOEREND de même que quelques autres sous-officiers et la moitié des soldats avaient déjà reçu une bonne instruction militaire et acquis une certaine expérience en Afrique du Nord, dans le cadre de la "Légion étrangère française". Les autres soldats étaient soit des évadés, soit des réfractaires à la Wehrmacht, arrivés en Angleterre.

Le débarquement des alliés en Normandie eut lieu le 06 juin 1944. Lors du débarquement de "La Luxembourg Battery" en Normandie deux mois plus tard, le 06 août 1944, l'unité luxembourgeoise comprenait 3 aspirants-officiers luxembourgeois, 9 sous-officiers et 68 soldats.

En septembre 1944 quarante-six autres volontaires luxembourgeois ont rejoint la Brigade Piron sur le terrain d'opération en Belgique, après une instruction rapide reçue en Angleterre. Une partie de ceux-ci fut affectée à une unité spéciale, la "Scout Section" (éclaireurs), d'autres furent versés soit à la batterie luxembourgeoise soit à l'unité d'autos-blindées ou à l'infanterie.

La Batterie luxembourgeoise était équipée de quatre canons-obusiers, appelés d'après leur calibre "25 pounders" dont la portée max. est de 12 km. Grâce à leur plate-forme spéciale, leur mise en batterie se fait en 3 minutes et des tirs "tout azimut" sont possibles dans les moindres délais.

Les canons étaient tractés par une voiture spéciale Morris suivie d'un caisson à munitions.

Les canons de la batterie luxembourgeoise étaient baptisés aux noms des Princesses Elisabeth, Marie-Adelaide, Marie-Gabrielle et Alix.

recherche