Divers: Participation aux missions Aide humanitaire et de formation

Aide humanitaire et de formation

Depuis les années 90, l’Armée a régulièrement participé à des missions d’aide humanitaire et de formation. Quelques exemples : aide humanitaire au peuple kurde et au Bangladesh en 1991, au peuple albanais en 1992 et 1993. Les plus récents exemples constituent la formation de la 1 ière brigade intégrée en République démocratique du Congo en 2004 et l’aide aux victimes du tsunami au Sri Lanka en 2005.

Participation à l’opération “Provide Comfort”

L'Armée luxembourgeoise a effectué trois missions d'aide humanitaire au profit du peuple kurde irakien, dont deux en TURQUIE et une, la dernière, en IRAK. Ces missions se sont déroulées avec grand succès pendant la période du 12 avril au 20 juin 1991.

Quatre vols d'avion ont permis d'acheminer quelques 380 tonnes d'eau, nourriture, médicaments, équipements et véhicules de LUXEMBOURG (Findel) à DIYARBAKIR (TURQUIE), aéroport de destination.

A partir de DIYARBAKIR, d'innombrables kilomètres ont été parcourus par maints convois luxembourgeois, afin de pouvoir acheminer les personnel, vivres et équipements aux différents lieux d'intervention, qui se trouvaient soit au sud-est de la TURQUIE, soit au nord de l'IRAK.

A l'occasion des deux premières missions, l’Armée luxembourgeoise a opéré dans le sud-est turc, c'est-à-dire dans le camp d'ISIKVEREN. Il faut signaler que les militaires luxembourgeois ont été les premiers militaires étrangers à arriver dans ce camp et avec les vivres, équipements et véhicules ils ont pu contribuer, pendant près de trois semaines, à sauver des vies humaines et à améliorer certaines situations critiques, ce qui fut une expérience à la fois unique et touchante, qui restera gravée pour toujours dans leurs mémoires.

Lors de la troisième et dernière mission, ils ont opéré au nord de l'IRAK, à partir du camp à KANI MASI. La mission consistait à reconnaître et collectionner des informations concernant les chemins possibles de rapatriement, permettant le retour des réfugiés, moyennant des camions, dans leurs villages en IRAK.

D'un autre côté, ils ont contribué à produire et distribuer de l'eau propre, administrer des soins médicaux, transporter et distribuer des médicaments, vivres et habits, et finalement à réaliser des petits travaux, comme notamment la construction d'une passerelle en bois au village de KANI MASI.

Participation aux missions EOD (Explosive Ordinance Disposal)
  1. Participation à la mission CMAC (Cambodian Mine Action Centre)

En septembre 2003, un sous-officier de l’Armée luxembourgeoise était parti en mission de déminage au Cambodge.

Ce sous-officier artificier, expert en déminage, était intégré dans une équipe de l’Armée belge. Il participait pendant 6 mois à la mission du Centre d’Action cambodgien contre les Mines.

Au courant des multiples conflits des années 1969 à 1979, le Cambodge fut parsemé de champs de mines, de dépôts de munitions et contaminé d'engins non-explosés. La zone d’action couvrait principalement les provinces de BANTEY MEAN CHEY, BATTAMBANG, PAILIN et KAMPONG THOM.

A côté de ses missions en tant que démineur, ce spécialiste participait également à la sensibilisation de la population aux dangers de mines et des engins non explosés, à la vérification et au marquage des champs de mines ainsi qu’à l'instruction et à la formation du personnel cambodgien.

  1. Participation à la mission SFOR de l’OTAN en Bosnie-Herzégovine.

Cette mission avait pour but d’assister les forces armées bosniaques dans la destruction de munitions obsolètes et dangereuses pour la population civile. La France fit office de nation cadre pour cette mission de déminage et de formation. Cinq artificiers, dont un démineur de l’Armée luxembourgeoise, ont été mis à la disposition du Commandant de la SFOR. Leur mission consista notamment de former et entraîner 32 militaires bosniaques dans la destruction de munitions.

Un sous-officier artificier a participé à la mission de destruction de munitions et de formation de personnel artificier bosniaque. La durée de la mission a été limitée à la période du 5 octobre 2004 au 28 novembre 2004.