La contribution au CORPS EUROPÉEN

La contribution au CORPS EUROPÉEN

  1. En 1994, le gouvernement luxembourgeois a pris la décision de principe d’adhérer au CORPS EUROPÉEN.
  2. Depuis le 07 mai 1996, le Luxembourg est membre du CORPS EUROPÉEN. Le contingent luxembourgeois a la même organisation que l’ancien contingent AMF(L) et est placé sous commandement opérationnel d’une unité belge.
  3. Le 06 septembre 1996, la déclaration d’intention politique a été signée à Luxembourg par les deux ministres belge et luxembourgeois, Messieurs PONCELET et BODRY.
  4. L’accord de rattachement du contingent à la 1 ière Division mécanisée de l’Armée belge a été signé le 11 décembre 1996.Depuis la restructuration de l’Armée belge, la Cie luxembourgeoise est rattachée à la 7ième brigade mécanisée de MARCHE-EN-FAMENNE.

Le contingent se compose d’un élément de commandement, de deux pelotons de reconnaissance, d’un peloton antichars et d’un élément de soutien logistique. Au total il comprend 167 militaires dont 9 officiers, 30 sous-officiers et 128 soldats volontaires.

L’équipement dont est doté le contingent se compose de véhicules HMMWV blindés et de camions MAN. Les principaux armements en dotation sont le fusil STEYR, la mitrailleuse .50 et un système antichars. Au point de vue des moyens de communication, le contingent est équipé de matériel français de la gamme PR4G.

Le contingent est préparé à conduire des missions incombant à une unité de reconnaissance en opérations offensives et défensives, ainsi que des missions humanitaires, de maintien et de rétablissement de la paix.

A l’Etat-Major du CORPS EUROPÉEN à STRASBOURG, l’Armée luxembourgeoise est représentée par un officier et un sous-officier. Tous les deux occupent des fonctions dans le bureau du Chef d’Etat-Major (respectivement assistant militaire et sous-officier d’administration). L’officier assume également la fonction de RepNatLU (Représentant national du Luxembourg).

Le Corps européen en Afghanistan

En complément aux opérations destinées à assurer la sécurité et la stabilité en Afghanistan, les efforts de l’OTAN et de la FIAS (Force internationale de sécurité et d’assistance) portent sur le développement des capacités opérationnelles des forces de sécurité afghanes, afin de permettre à la communauté internationale de transférer graduellement la responsabilité principale de la sécurité aux autorités et institutions du pays.

Lancée le 21 novembre 2009, la mission OTAN de formation en Afghanistan (NTM-A) regroupe les activités de formation menées par les pays. Elle travaille en étroite collaboration avec les ministères afghans de la Défense et de l'Intérieur, ainsi qu'en collaboration avec la Mission de police de l’Union européenne en Afghanistan (EUPOL) et la Force de gendarmerie européenne (FGE).

Les tâches essentielles de la NTM-A sont, entre autres, la formation et le mentorat des forces de sécurité nationales afghanes, le soutien au socle de la formation institutionnelle de l'Armée nationale afghane (ANA), et la réforme de la police nationale afghane (ANP) au niveau des districts et plus localement.

C’est dans ce cadre que quelques 150 militaires du Corps européen, dont un militaire luxembourgeois, sont déployés en Afghanistan de mi-juillet 2012 à fin janvier 2013.

Actuellement 38 pays contribuent à la NTM-A.