KFOR (Kosovo Force)

Opération militaire de l'OTAN au Kosovo

Depuis juin 1999, l'OTAN dirige une opération de soutien de la paix au Kosovo, à l'appui d'initiatives internationales plus larges visant à consolider la paix et la stabilité dans la région.

Le mandat de la KOSOVO Force (KFOR) découle de la résolution 1244 adoptée le 10 juin 1999 par le Conseil de sécurité des Nations Unies.

Initialement, la KFOR comprenait quelque 50.000 militaires issus des pays membres de l’OTAN, des pays partenaires et des pays non membres, placés sous un commandement unifié.

Depuis  2002, les effectifs de la KFOR ont été graduellement diminués.

Après la déclaration d’indépendance du Kosovo de 2008, l’OTAN a accepté des nouvelles tâches, à savoir de superviser la cessation des activités du Corps de protection du Kosovo (CPK) qui fut officiellement dissout le 14 juin 2009 et de soutenir la mise en place de la Force de sécurité du Kosovo.

La KFOR fut restructurée en février 2010 pour la faire passer à une phase dite de «présence dissuasive » ( Deterrent Presence) .

La première étape («Gate one») de cette phase allait ramener ses effectifs à 10.200 hommes tout en comptant de plus en plus sur les capacités de renseignement et de soutien.

En mars 2011, lors du passage à la deuxième étape («Gate two»), la force a encore diminué ses effectifs.

Aujourd’hui, la KFOR a pour mission de contribuer non seulement à maintenir un environnement sûr et sécurisé, mais également à préserver la liberté de mouvement, et ce pour tous les citoyens, quelle que soit leur origine ethnique.

En avril 2000, un peloton de reconnaissance de l’Armée luxembourgeoise a été intégré dans le « Belgium-Luxembourg Kosovo Battalion » (BELUKOSBAT) sous commandement de la brigade multinationale Nord.

Suite à l’élargissement de la zone de responsabilité, le bataillon belgo-luxembourgeois a été renforcé une première fois en décembre 2001 par une compagnie roumaine et dans un deuxième temps par une compagnie ukrainienne. La coopération belgo-luxembourgeoise au sein de la KFOR a pris fin en 2006.

A partir de septembre 2006, le peloton de reconnaissance luxembourgeois a opéré sous commandement français au sein d’un détachement de Renseignement, de Surveillance et de Reconnaissance (ISR).

Depuis le passage à l’étape2 de la phase dissuasive en mars 2011, le peloton ISR luxembourgeois est directement subordonné au quartier-général de la KFOR.

Le peloton est articulé en deux sections ISR, une équipe de commandement et une équipe de maintenance.

Outre l’engagement de cet élément de reconnaissance, le Luxembourg a fourni une équipe de coopération civilo-militaire (CIMIC) d’août 1999 à novembre 2003 et un sous-officier infirmier, affecté à l’hôpital militaire allemand de PRIZREN de septembre à novembre 2011.